«
»

01 | projets, 02 | collaborations

PLAGE DE L’EST

11.17.13

Concours pour l’aménagement d’une plage urbaine

Collaboration avec FÀD

Montréal, Canada | 2013

collage A

 

aerial view

 

collage B

 

collage C

 

urban

 

Plan

 

section

 

pool

 

shower

 

stairs

 

UN NOUVEAU CŒUR

De par sa situation géographique, le site possède selon nous la capacité de générer une centralité, un nouveau cœur urbain pour ce quartier à vocation aujourd’hui strictement résidentielle. Nous avons donc envisagé cette plage urbaine comme une véritable place publique, un point de rencontre entre la rue et le fleuve, entre la ville et la nature, entre la communauté locale et la métropole. Pour atteindre cette ambition urbaine, le choix d’une figure claire et intelligible s’imposait, une figure qui fasse sens tant au niveau urbain, à l’échelle de la ville, qu’au niveau local, à l’échelle de l’usager.

 

LE CADRE

Le dispositif urbain retenu est celui du cadre. Ce cadre, en tant qu’artefact urbain[1], permet au site d’être perçu comme une entité, lui conférant une présence, une force visuelle dans son contexte à la fois urbain et naturel. Le cadre vient mettre en évidence cette tension entre ville et nature qui est à la base de notre projet, et prend la forme d’un grand « boardwalk » en bois entourant le site.

DE LA RUE À L’EAU

Afin d’assurer la caractère résolument urbain de cette plage, nous avons mis en place un principe de stratification spatiale permettant de dilater l’espace de la rue vers le fleuve et de faire pénétrer le fleuve au cœur du quartier. La première couche programmatique est constituée d’une bande de petits bâtiments contenant les éléments « durs » du programme : vestiaires, toilettes, café, ainsi qu’une salle communautaire. Cette bande construite s’adosse aux maisons bordant le site du coté de la rue Bureau, leur assurant l’intimité nécessaire et créant un linéaire bâti pour la place publique. La seconde  bande est constituée d’une place publique générée par l’élargissement du « boardwalk ». Cette place se veut une continuité de l’espace public du quartier, en lien direct avec la rue Bureau et la 94e avenue. Vient ensuite un grand « miroir d’eau » avec brumisateurs et jets d’eau, suivi de la plage de sable d’où émerge une dune en caoutchouc. La plage et  le plan d’eau sont ceinturés par le cadre, offrant aux usagers une promenade continue de la rue jusqu’aux berges.



[1] Voir Pier Vittorio Aurelli, « Architecture after Liberalism : Towards the form of the European Capital City », in Brusels – A Manifesto, Rotterdam, Berlage Institute / NAI Publishers, 2005, p.191

Charles-Antoine Perreault avec FÀD

Comments are closed.


--> «
»